1 page principale f

www.vin-du-jura.ch

page principale en français

Actuellement la Suisse est à l’emprise de l’épidémie de COVID-19 et les prescriptions sont claires pour tous les établissements. Nous nous conformons tout de suite à toutes les mesures prises par le Conseil fédéral et aussi les décisions des Cantons du Jura et de Bâle-Campagne.

En date du 11 mai 2020 un certain assouplissement dans les réunions a eu lieu et la réouverture des établissements. Dans ce contexte, nous avons réouvert le cellier pour des groupes de 4 personnes et la distanciation sociale de 2 mètres entre les groupes, ainsi, le cellier réorganisé nous pouvons accueillir que 4 groupoeas de 4 au maximum.

Le Canton du Jura, comme le reste de la Suisse permet l’ouverture des établissements sous conditions: groupes de 4, distance entre les groupes de 2 m et fermeture à 24:00 pour tout type d’établissements. Nous nous conformons strictement aux directives dans notre cellier.

Chaque samedi matin, nous avons loué une place au marché traditionnel dans la vieille ville de Delémont. Notre emplacement est juste en face du cellier devant la maison du 6, rue de l’Hôpital sur les 2 places de parc. Là nous mettons en vente des saucisses et de la viande séchée de nos Highland (comme du bison) et de Sanglier, du vieux Gruyère d’Alpage AOC affiné durant 4 ans et qui est vendu en fromage rebibe. Aussi nous servons du café fertig et faisons déguster nos vins.

Nous ferons des dégustations individuelles sur réservation en respectant les consignes cantonales et fédérales. Nos dégustations s’arrêteront au plus tard à 24 h!

 
Nous espérons que notre clientèle comprendra le sérieux de la situation de cette épidémie et nous sommes sur que nos clients n’auront pas à souffrir des effets de cette épidémie et conserveront leur santé. Le vin nature que nous produisons est un désinfectant puissant en bouche, car le pH, les flavonoïdes et le resveratrol détruisent le COVID-19 en une fraction de seconde sur les mucqueuses buccales d’après une étude sérieuse canadienne.
La publicité télévisée mensongère qui racconte que déjà 2 verres de rouge par jour favorisent l’AVC est complètement fausse, bien au contraire, car l’étude mentionnée est tronquée et truffée d’erreurs statistiques et d’interprétation des interrogatoires, continuez de profiter des bienfaits des vins natures que nous produisons!
 Venez visiter notre nouveau cellier vin-du-jura.ch à la rue de l’Hôpital 5 de Delémont. Nos heures d’ouverture sont jeudi et vendredi de 16 h – 19 h et samedi toute la journée de 8 h à 17 h… regardez les photos ci-dessous! Après les ouvertures officielles vous avez la possibilité de manger africain et boire les bières du pays concoqueté par Jacqueline en société privées…

Nous serons aussi en 2020 à tous les marchés d’importance:

  • Marché de Saint-Martin (13, 14, 15, 16 et 21, 22 novembre 2020)
  • Marché de Noël de Saint-Ursanne (5 et 6 décembre 2020, emplacement habituel devant la Cigogne)
  • Marché de Noël de Delémont (18, 19 et 20 décembre 2020 à l’ancienne-ville)

Nous organiserons une journée porte-ouverte le 1er août dans les vignes de Montsevelier et vous informerons régulièrement de notre présence à d’autres évênements d’importance.

Quand j’avais posté la reflexion pour 2020 je ne pensais pas si bien analyser la situation, mais actuellement sous l’influence de cette épidémie de COVID-19, nous voyons l’entière portée de mon analyse, car l’évênement que nous vivons en ce moment est un évênement charnière pour toute la population mondiale et la mise en question de notre modèle de vie et surtout de notre présence sur cette plenète à l’avenir. Nous croyons à l’avenir, c’est pourquoi nous pronons et cultivons pour sauvegarder la fertilité à long terme de nos parcelles en vigne et notre élevage d’animaux. Si vous êtes intéressés par ce type d’agriculture et viticulture, associez-vous à notre groupe facebook « Bio et Biodynamie de conservation » et devenez membre pour connaître les résultats de recherche, des nouvelles chartes de production dans le domaine « vin méthode nature » et « vin sauvage » et tout ce qui turlupine les producteurs honnêtes pour une alimentation saine qui met au centre des préoccupations l’homme au centre de notre nature qui devra continuer de nous nourir…

Petite réflexion et vœux pour cette nouvelle année 2020

La nouvelle année commence gentiment et chacun se pose ses questions essentielles autours de la vie et notre avenir, quoi faire pour améliorer sa condition de vie, pour faciliter certains travaux, cela sur le plan individuel. Puis on peut se poser la question de son avenir sur cette planète, la Taïga qui a brûlé l’été passé, l’Amazonie aussi et maintenant les forêts australiennes. Une tempête par-ci, un ouragan par-là, des inondations pas loin de soi, des toits arrachés à proximité, des montagnes qui bougent, le permafrost disparaît et des éboulements détruisent, l’humanité a réussi par son éternelle volonté de dominer le globe à changer climat et environnement.

Les insectes diminuent en quantité, des espèces disparaissent, chez nous et aussi ailleurs, chacun chez soi dans ce système infernal de productivité et de recherche du graal financier opte pour la continuité de ses habitudes, celles qui sont à l’origine de la déstabilisation de notre planète et apportent tous ces malheurs. Chacun voit, chacun constate que le changement climatique devient de plus en plus réalité et nous montre les limites de notre faire de la quête du graal et personne ne s’active effectivement contre ce «main-stream».

Même nous les agriculteurs et viticulteurs ne faisons pas exception, non ils pleurent la critique du glyphosate et autres agents chimiques, beaucoup achètent des machines encore plus lourdes, l’agriculture s’industrialise, la pression sur les sols s’accentue, l’eau ne pénètre plus, ruisselle en surface, provoque érosion et inondation.

Heureusement qu’il y a quelques exemples de femmes et d’hommes qui ne font pas comme les autres, des crapauds fous qui vont à contre-sens, essayent avec plus ou moins de succès des pratiques nouvelles, tentent des expériences, font des essais, se documentent sur des groupes sur des réseaux, échangent et tout à coup d’autres adeptes lisent, s’interrogent et essaient aussi et ainsi ces crapauds fous entrainent une petite foule de producteurs qui ne détruisent plus les sols et font une agriculture pérenne, de conservation et en plus en vivent. Certains politiques s’emparent de cette idée, la soutiennent, les produits chimiques deviennent mal vus et tout à coup le «main-stream» ralentit et doit s’interroger de son utilité. Peut-être 2020 devient une année charnière? Mon vœux pour 2020: Que les crapauds fous se multiplient, que nous gardons notre santé, énergie et motivation pour continuer de se battre pour nos sols, pour notre environnement et pour notre avenir, sans devenir une secte, ni devenir dogmatique. Gardons nos sens éveillés pour adapter nos pratiques chaque jour, chaque mois et chaque année, restons critiques sans démolir les idées en devenir.

Nous souhaitons à tous de réaliser en 2020 ce qu’il pense être important pour lui, pour les siens et la continuité de l’humanité sur cette petite planète qui tourne autours de ce nain jaune appelé «soleil» dans une petite galaxie…

mon épouse Jacqueline et le gouvernement jurassien au cellier www.vin-du-jura.ch
Roberto Cardinale, le dégustateur du Gambero rosso
Portes ouvertes à l’Afrique avec Jacqueline Buser